Député de la 3e circonscription d'Ille-et-Vilaine : François André

Le mardi 20 février 2018

Elections européennes : redonner du sens au scrutin

L'Assemblée nationale a voté en première lecture, le 20 février 2018, le projet de loi relatif à l'élection des députés européens, avec 376 voix pour, 155 voix contre et 14 abstentions.

 

ll vise à redonner du sens au scrutin européen qui aura lieu en 2019, en encourageant la participation citoyenne grâce à des modalités de scrutin plus lisibles et plus cohérentes pour les électeurs, à mêmes de susciter un véritable débat national sur l'avenir de l'Union européenne. 

 

Ce texte comprend les principales dispositions suivantes :

 

- Le rétablissement de la circonscription unique au niveau national, dans la mesure où les listes interrégionales n’ont pas répondu à l’objectif de combattre l’abstention. Les listes nationales donneront plus de visibilité aux candidats, puis aux eurodéputés élus. 

 

- L'évolution de la répartition du temps d’antenne, concernant les spots et les clips de campagne, pour garantir plus de pluralité. Tous les partis ayant formé des listes, même les plus petits, bénéficieront de deux minutes afin de bénéficier d’une meilleure visibilité.

 

- En cas d’égalité des suffrages, le siège sera attribué à la liste dont la moyenne d’âge est la plus jeune.

 

Lors des débats, Madame Jacqueline Gourault, Ministre auprès du Ministre de l'Intérieur, a tenu à défendre le retour à une circonscription nationale unique comme l'un des moyens d'intéresser les électeurs et de relancer la participation. En effet, l'ancien mode de scrutin fondé sur huit grandes circonscriptions (Ouest, Nord-Ouest, Ile-de-France, Outre-mer...) fut mis en oeuvre en 2003 en lieu et place de la circonscription unique, mais le taux de participation est passé de 46,8% en 1999 à 42% en 2014. Or, ce constat n'est pas satisfaisant. 

 

Lors de son discours sur l'Europe le 26 septembre 2017 à la Sorbonne, le Président de la République Emmanuel Macron a appelé à la "refondation d’une Europe souveraine, unie et démocratique" parce que "l’Europe que nous connaissons est trop faible, trop lente, trop inefficace, mais l’Europe seule peut nous donner une capacité d’action dans le monde, face aux grands défis contemporains." En effet, notre continent doit être uni et solidaire pour apporter des réponses concrètes à plusieurs enjeux, en particulier le réchauffement climatique, la transition numérique, les migrations ou encore le terrorisme.

 

Loin des idées du nationalisme, du protectionnisme ou du souveranisme, c'est bien l'Union européenne qui constitue la meilleure échelle pour apporter des réponses concrètes, dans la fidélité aux idéaux de paix, de liberté, de démocratie et de prospérité portées par les Pères fondateurs et les architectes de l'Europe.

 

En 2019, ce sera aux citoyens de tracer la voie de notre avenir collectif, à la lumière de ces enjeux.