Député de la 3e circonscription d'Ille-et-Vilaine : François André

Le mardi 03 décembre 2019

Adoption du projet de loi financement de la Sécurité sociale pour 2020 : focus sur le congé rémunéré en faveur des aidants

 

Ce mardi 3 décembre, l’Assemblée nationale a définitivement adopté le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2020 (PLFSS pour 2020). Ce texte donne la priorité au pouvoir d’achat tout en poursuivant la transformation de notre système de protection sociale. Surtout, le PLFSS pour 2020 amorce un vaste mouvement de réforme visant à mieux soutenir et accompagner la perte d’autonomie. 

 

L’enjeu démographique est considérable. En 2050, la société française comptera environ 4,8 millions de Français de plus de 85 ans, soit 3 fois plus qu’aujourd’hui. Actuellement, 8 à 11 millions de Français soutiennent un proche en perte d’autonomie pour des raisons liées à l’âge, à un handicap ou à un problème de santé. Il s’agit donc de construire une offre mieux adaptée pour garantir la qualité de vie et la dignité des aînés, comme de répondre aux attentes des aidants et des professionnels, en lien avec le Conseil départemental qui restera le chef de file de la politique du grand âge au niveau local. 

 

Conformément aux annonces du Gouvernement lors de la présentation de la stratégie « Agir pour les aidants », je me félicite de l’ouverture d’un congé indemnisé pour les proches aidants dès 2020, et de la mise en place d’une négociation obligatoire dans les branches professionnelles. Cela permettra aux personnes dans la vie active de mieux concilier leur travail avec le rôle de proche aidant. 

 

A ce stade, ce congé ne faisait l’objet d’aucune rémunération. Le PLFSS pour 2020 prévoit une indemnisation dont le montant sera fixé entre 43 et 52 euros par jour selon la composition du foyer. Elle sera versée par les Caisses d’allocations familiales pour 3 mois, fractionnables, pour l'ensemble de la carrière et ouvrira des droits à la retraite. 

 

Cette mesure représente une avancée majeure de plus de 100 millions d’euros par an et constitue le premier volet de la réforme de la dépendance, avec une future loi relative au Grand âge et à l’autonomie. 

 

Le soutien financier de la collectivité nationale aux proches aidants illustre concrètement la solidarité, principe auquel chacun de nous est profondément attaché.