Éolien flottant : 18 députés bretons plaident pour le renforcement de la filière

Éolien flottant : 18 députés bretons plaident pour le renforcement de la filière

30 nov. 2018

Éolien flottant : 18 députés bretons plaident pour le renforcement de la filière

 

 

A l’initiative de mon collègue Jean-Charles Larsonneur, député du Finistère, 18 députés de Bretagne ont souhaité faire part de leurs préoccupations au Premier ministre, suite aux annonces relatives à la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) s’agissant des Energies Marines Renouvelables (EMR).

 

Ensemble, nous plaidons pour revoir à la hausse le rythme et le volume des appels d’offres définis en matière d’éolien flottant, et pour favoriser le développement d’une véritable filière industrielle de l’éolien flottant en France, pourvoyeuse d’activités et d’emplois notamment en Bretagne.

 

Vous trouverez ci-dessous le contenu du courrier adressé à Monsieur Edouard Philippe, Premier ministre : 

 

 

 

 

Monsieur Edouard Philippe

Premier ministre

Hôtel Matignon

57 rue de Varenne

75700 Paris SP 07

 

Copie :     Monsieur François de Rugy, Ministre d’Etat, Ministre de la transition écologique et solidaire

 

 

 

Brest, le 30 novembre 2018

 

 

Objet : PPE - Avenir de la filière de l’éolien flottant

 

 

Monsieur le Premier ministre,

 

 

Nous souhaitons vous faire part de nos plus vives préoccupations quant aux premières annonces dévoilées dans le cadre de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) s’agissant des Energies Marines Renouvelables (EMR), et en particulier de l’éolien flottant.

 

Selon les éléments communiqués aux Assises de la Mer à Brest le mercredi 28 novembre, seraient envisagés à ce stade deux appels d’offres de 250 MW, l’un en 2021 en Bretagne sud, l’autre en 2022 en Méditerranée, pour un prix de 110/120 euros le MW. D’autres appels d’offres seraient prévus jusqu’en 2024 pour un total de 500 MW, puis sur un rythme de 500 MW par an à partir de 2025.

 

Ces annonces nous paraissent notoirement insuffisantes pour répondre à l’ambition de développer une véritable filière industrielle compétitive de l’éolien flottant en France.


Vous le savez, les régions françaises se sont donné pour objectif d’installer 4 GW d’éoliennes flottantes sur le territoire national d’ici à 2030, dont 1,5 GW sur la péninsule bretonne.


A cet égard, nous déplorons que l’appel d’offres initialement prévu en 2019 pour la Bretagne sud soit décalé à 2021 pour 250 MW seulement, alors que nombre d’acteurs considèrent que 750 MW sur cette période seraient un minimum pour initier une filière pérenne. A défaut, nous nous condamnerions à dépendre de matériels étrangers, notamment chinois.

 

Par ailleurs, nous appelons votre attention sur le fait que la Région Bretagne a consenti un investissement considérable dans l’aménagement du port de Brest, à hauteur de 220 millions d’euros, pour accueillir des installations EMR susceptibles de créer des centaines d’emplois.

 

Si certains projets dans le domaine de l’éolien posé sont déjà bien engagés sur nos côtes, le plein essor de la filière EMR ne peut reposer que sur une vision industrielle ambitieuse pour l’éolien flottant. Notre pays a le potentiel humain, technologique et géographique pour devenir l’un des leaders mondiaux dans ce domaine. Ne manquons pas cette opportunité.


L’ensemble des études réalisées sur l’éolien flottant, confortées par nos nombreux échanges avec les professionnels de la filière depuis plusieurs mois, souligne l’importance de définir des volumes suffisants et un cadencement pertinent pour garantir son développement.

 

C’est pourquoi nous vous demandons d’intervenir instamment pour que la filière de l’éolien flottant puisse trouver toute sa place dans le mix électrique français. C’est l’ensemble d’une industrie et des milliers d’emplois sur nos territoires qui sont en jeu.

 

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Premier ministre, l'expression de notre très haute considération.

 

 

 

Monsieur Jean-Charles Larsonneur,

Député de la deuxième circonscription du Finistère,

Madame Annaïg Le Meur

Députée de la 1ère circonscription du Finistère

Monsieur Didier Le Gac

Député de la 3ème circonscription du Finistère

Madame Sandrine Le Feur

Députée de la 4ème circonscription du Finistère

Madame Graziella Melchior

Députée de la 5ème circonscription du Finistère

Madame Liliana Tanguy

Députée de la 7ème circonscription du Finistère

Monsieur Erwan Balanant

Député de la 8ème circonscription du Finistère

Monsieur Hervé Pellois

Député de la 1ère circonscription du Morbihan

Monsieur Jimmy Pahun

Député de la 2ème circonscription du Morbihan

Madame Nicole Le Peilh

Députée de la 3ème circonscription du Morbihan

Monsieur Paul Molac

Député de la 4ème circonscription du Morbihan

Monsieur Gwendal Rouillard

Député de la 5ème circonscription du Morbihan

Monsieur Bruno Joncour

Député de la 1ère circonscription des Côtes-d'Armor

Monsieur Yannick Kerlogot

Député de la 4ème circonscription des Côtes-d'Armor

Monsieur Éric Bothorel

Député de la 5ème circonscription des Côtes-d'Armor

Madame Laurence Maillart-Méhaignerie

Députée de la 2ème circonscription d'Ile-et-Vilaine

Monsieur François André

Député de la 3ème circonscription d'Ile-et-Vilaine

Monsieur Gaël Le Bohec

Député de la 4ème circonscription d'Ile-et-Vilaine

 

>> Lire l'article paru sur le site du Télégramme le 1er décembre 2018