Question au Gouvernement - Loi de programmation militaire

Question au Gouvernement - Loi de programmation militaire

3 juil. 2018

Question au Gouvernement - Loi de programmation militaire

 

 

 

 

Lors de la séance de Questions au Gouvernement, j’ai interrogé Madame Florence Parly, Ministre des Armées, sur la feuille de route à établir afin de garantir la bonne application de la loi de programmation militaire 2019 - 2015, définitivement adoptée la semaine dernière à la suite de l’accord trouvé avec le Sénat

 

Vous trouverez ci-dessous le contenu de mon intervention :

 

 

 

 

 

« Merci Monsieur le Président,

 

Ma question s’adresse à Madame la Ministre des Armées,

 

Madame la Ministre,

 

Suite à l’accord trouvé avec le Sénat, la LPM 2019-2025 a été approuvée à une large majorité. Avec l’adoption de ce texte, nous fixons un cap budgétaire et donnons ainsi la visibilité nécessaire à nos soldats, à la communauté de défense dans son ensemble et plus largement, à la Nation.

 

Chacun le sait, ces dernières années, un redoutable effet de ciseau s’était fait jour, entre des effectifs en forte diminution, des matériels vieillissants et a contrario des interventions extérieures plus nombreuses et complexes, et ce qui s’est passé ce week-end à Gao en atteste.

 

La LPM rompt avec cette tendance périlleuse et vise au contraire à faire converger ambitions et moyens dans un souci de sincérité budgétaire. C’est la remontée en puissance budgétaire de nos armées avec pour objectif 2% du PIB à l’horizon 2025.

 

  • Cela permet la hausse des crédits d’entretien pour améliorer la disponibilité des matériels doublement affectés par le vieillissement et l’intensité d’usage.

 

  • Cela permet également des créations d’effectifs sur les fonctions « Renseignement » et « Cyber », indispensables face à la menace terroriste présente.

 

  • Cela permet aussi l’amélioration du quotidien du soldat, ses conditions de vie et celles de sa famille. Il en va de l’attractivité du métier de militaire.

 

  • Cela permet enfin la mise à l’étude de programmes majeurs pour l’avenir que sont le futur porte-avions, l’avion de combat du futur ou encore le renouvellement de notre force de dissuasion nucléaire.

 

Mais, Madame la Ministre, vous l’avez dit vous-même le plus dur commence ! Il nous appartient désormais de veiller à la bonne application de ce texte, et ceci dans la durée.

 

Aussi, Madame la Ministre, au-delà des dispositions qui sont déjà prévues par le texte sur le contrôle de l’exécution budgétaire, quelle est votre feuille de route pour transcrire, dans la vie des unités, les différents piliers de cette loi de programmation militaire ?

 

Je vous en remercie. »

 

 

Ainsi que la réponse de Madame Florence Parly, Ministre des Armées :

 

« Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Députés, Monsieur le Député,

 

Nos armées ne pouvaient plus attendre, après des années de coupes et de baisse des effectifs, après des années d’un engagement croissant, face à une menace terroriste toujours plus prégnante, il fallait des moyens à la hauteur.

 

C’est le cas avec cette nouvelle loi de programmation militaire 2019 – 2025 qui a été adoptée définitivement la semaine dernière et qui donne à nos armées des moyens et une ambition exceptionnelle.

 

Nous devons maintenant être dignes de la confiance que les Français accordent à leurs armées. A effort exceptionnel, responsabilité exceptionnelle.

 

Pour chaque euro investi, cet euro doit être utile. Modernisation de la fonction RH, numérisation, réforme de la DGA, soutien, maintien en condition opérationnelle, j’ai identifié 16 chantiers de modernisation et j’ai fixé un cap : proximité, simplicité, audace.

 

Alors Monsieur le député, cette responsabilité est collective. C’est évidemment la mienne, c’est celle du Ministère des Armées, c’est celle du Gouvernement, mais c’est aussi la vôtre, celle du Parlement car en effet, la loi de programmation militaire prévoit, et c’est heureux, un renforcement des pouvoirs de contrôle du Parlement et ce sera donc aussi à vous, de veiller que cette loi de programmation militaire s’exécute conformément à ce qui a été voté et qu’il ne manque rien pour sa bonne et pleine application. Nous savons donc ce qui nous reste à faire. Nous le devons aux Armées, nous le devons à tous les Français. Notre responsabilité est collective alors maintenant, au travail. »

 

Voir la vidéo