Tribune - Pour une armée européenne au service de la paix

Tribune - Pour une armée européenne au service de la paix

23 mai 2019

Tribune - Pour une armée européenne au service de la paix

 

Le 26 mai, alors que les Français seront appelés aux urnes, nous pourrons ensemble faire le choix, nous souvenant des mots de Simone Veil, de nous « fixer de grandes ambitions » pour que l’Europe puisse « faire entendre sa voix » de puissance mondiale et protéger au mieux tous les Européens. Ces ambitions, portées par la liste Renaissance, s’incarnent dans un enjeu majeur : le renforcement de la capacité de défense européenne.


L’idée qu’une défense commune permettrait aux États européens de mieux assurer leur sécurité n’est pas nouvelle. Portée au début des années 1950 par les Pères fondateurs tels que Robert Schuman ou Jean Monnet, la Communauté européenne de Défense (CED) s’était néanmoins heurtée aux blessures encore vives héritées de la guerre et était restée au stade d’horizon à atteindre.


Certaines avancées ont tout de même été réalisées depuis 1992 et la première Politique Étrangère et de Sécurité Commune, avec une accélération notable depuis 2 ans due tant à la prise de conscience des menaces qu’à la détermination française.


Pour autant, la re-naissance d’un projet de Défense européenne ambitieux nous paraît indispensable pour faire de l'Europe une puissance respectée capable de défendre ses intérêts et de protéger ses citoyens.


En effet, l’Europe et ses États membres sont entrés dans une nouvelle ère géopolitique où les menaces sont non seulement plus grandes mais aussi plus diffuses. Ces menaces qui pèsent sur nous, Européens, sont, pour certaines, directes. C’est par exemple le cas du terrorisme bien sûr, ou de la militarisation de l’espace, mais il s’agit aussi des ingérences dans le cyberespace contre le fonctionnement de nos démocraties. D’autres défis à relever sont liés à l’augmentation des dépenses militaires et l’émergence de nouveaux États puissances induisant des déséquilibres de l'ordre international indispensable à la paix en Europe.


Aussi, nous appelons à la Renaissance de l’Europe de la Défense parce qu’ « il n’y a pas de politique qui vaille en dehors des réalités » (De Gaulle, 1960) et que nous savons la paix très fragile. Conscients qu’une défense commune en est le meilleur garant, 62% des Français se disent favorables à une armée européenne.


Et c’est aussi pour la renaissance du projet européen dans son ensemble que la construction d’une véritable Défense européenne nous paraît essentielle. Les citoyens européens veulent une Europe qui les protège. Assurer aux États membres une plus grande autonomie stratégique, c’est créer le socle de souveraineté nécessaire à la mise en oeuvre efficace de toutes les autres politiques publiques que le projet de la liste Renaissance vient nourrir.


Lors de son discours de la Sorbonne du 26 septembre 2017, Emmanuel Macron avait exprimé le souhait que l’Europe se dote d’une force commune d’intervention, d’une doctrine stratégique commune et d’un budget de défense commun.


Moins de deux ans après ce discours fondateur, trois briques ont déjà été scellées : une brique opérationnelle avec l'Initiative Européenne d'Intervention qui réunit pour l'instant 10 pays volontaires pour définir une culture stratégique partagée, une brique politique avec la Coopération Structurée Permanente et ses 25 membres qui s'engagent vers une intégration de certaines de leurs actions et projets, et une brique budgétaire avec le Fonds européen de Défense qui, une fois confirmée par le Parlement, investira 13 milliards d’euros dans la recherche sur la période 2021-2027.


Nathalie Loiseau, comme l’ensemble des candidats de la liste Renaissance, porte le projet d’une Europe qui défend ses citoyens et ses valeurs, contre toutes les formes de menaces et tous les populismes.


Aussi, nous oeuvrerons à la conclusion d’un Traité de défense et de sécurité avec tous nos partenaires européens qui nous engagera dans la formation d’une capacité d’action européenne en complément de l’OTAN et des armées de chaque pays membre, avec, notamment, un Conseil de sécurité européen associant le Royaume-Uni.


Parce que les nouveaux conflits seront aussi technologiques, nous devons créer un cyber-bouclier européen et consolider l’assistance mutuelle des États en cas d’attaque informatique.


Enfin, parce qu’on assiste à l’apparition de nouvelles tensions dans l’espace, les États membres doivent, collectivement, préserver une politique spatiale européenne souveraine.


Ainsi, l’Europe sera réellement maîtresse de son destin.


Nous mesurons le chemin restant à parcourir et les défis à relever, mais l’horizon que nous voulons atteindre est celui d’un idéal de paix européen, un idéal servi par le projet que la liste Renaissance portera devant les Français le 26 mai prochain !


Cosignataires


Aude AMADOU (Députée), François ANDRÉ (Député), Alexandra ARDISSON (Députée), Jean-Philippe ARDOUIN (Député), Florian BACHELIER (Député), Didier BAICHERE (Député), Xavier BATUT (Député), Stéphane BAUDU (Député), Olivier BECHT (Député), Mounir BELHAMITI (Député), Hervé BERVILLE (Député), Christophe BLANCHET (Député), Aude BONO-VANDORME (Députée), Jean-Jacques BRIDEY (Député), Carole BUREAU-BONNARD (Députée), Bernard CAZEAU (Sénateur), Samantha CAZEBONNE (Députée), Philippe CHALUMEAU (Député), François CORMIER-BOULIGEON (Député), Jean-Pierre CUBERTAFON (Député), Typhanie DEGOIS (Députée), Marielle DE SARNEZ (Députée), Françoise DUMAS (Députée), Jean-Marie FIEVET (Député), Emmanuelle FONTAINE-DOMEIZEL (Députée), Pascale FONTENEL-PERSONNE (Députée), Thomas GASSILLOUD (Député), André GATTOLIN (Sénateur), Benjamin GRIVEAUX (Député), Séverine GIPSON (Députée), Guillaume GOUFFIER-CHA (Député), Fabien GOUTTEFARDE (Député), Stanislas GUERINI (Député), Claude HAUT (Sénateur), Jean-Michel JACQUES (Député), Hubert JULIEN-LAFERRIERE (Député), Loïc KERVRAN (Député), Anissa KHEDHER (Députée), Fabien LAINÉ (Député), Frédérique LARDET (Députée), Jean-Charles LARSONNEUR (Député), Guy LAVOCAT (Colistier), Didier LE GAC (Député), Gilles LE GENDRE (Député), Christophe LEJEUNE (Député), Roland LESCURE (Député), Jacques MAIRE (Député), Jacques MARILOSSIAN (Député), Sereine MAUBORGNE (Députée), Ludovic MENDES (Député), Philippe MICHEL-KLEISBAUER (Député), Patricia MIRALLES (Députée), Naïma MOUTCHOU (Députée), François PATRIAT (Sénateur), Josy POUEYTO (Députée), Natalia POUZYREFF (Députée), Alain RICHARD (Sénateur), Laetitia SAINT-PAUL (Députée), Sabine THILLAYE (Députée), Stéphane TRAVERT (Député), Nicole TRISSE (Députée), Stéphane TROMPILLE (Député), Cédric VILLANI (Député), Richard YUNG (Sénateur).

 

Lire la tribune sur Le Huffington Post